log in

Zones humides batraciens

Zone humide batraciens

Une mare, est-ce bien utile ?

Peu de Castelneuvois connaissent l’existence de la mare située –évidemment- au lieu-dit « La mare ». Ce petit plan d’eau, propriété de la famille Guy Pépin, existe depuis des temps immémoriaux. Née d’une dépression naturelle du terrain, ou peut-être d’un creusement par l’homme voici fort longtemps pour drainer les eaux stagnantes, elle recueille les eaux de pluie ruisselant des terrains avoisinants ou arrivant là après infiltration. Elle mesure une quarantaine de mètres de longueur et une dizaine en largeur. Bordée de grands arbres, chênes, frênes, saules et bouleaux, ses eaux sont très ombragées d’avril à octobre. En bordure, quelques ronces et orties gênent l’accès, garantissant ainsi la tranquillité à la faune qui y trouve refuge. On peut y voir des amphibiens, des mollusques, des crustacés, des insectes, des batraciens, des oiseaux et des mammifères, certains de ces animaux étant de précieux auxiliaires de l’agriculture. Autrefois, de nombreuses plantes s’y épanouissaient telles que les lentilles d’eau, l’iris des marais, la menthe aquatique, le potamot, le plantain d’eau et l’inévitable nénuphar. Toutes ces espèces libèrent de l’oxygène qui permet aux animaux aquatiques de respirer.

Le fonctionnement naturel de cette mare a été bouleversé par la pose d’un profond écoulement, en buses de béton, il y a plusieurs années. Il venait remplacer la « cunette » existante, petit écoulement de surface. Le louable objectif initial était d’éviter les débordements éventuels, en général au printemps, néfastes aux champs situés tout autour. Cet écoulement moderne, installé trop bas, a eu pour effet d’assécher la mare en été. Faut-il dès lors envisager la pose d’une vanne réglable en hauteur dans le but de maintenir un niveau d’eau minimum toute l’année ?

Selon Guy Pépin, « ce dispositif aurait l’avantage de retenir l’eau au printemps puis de la restituer lentement par infiltration aux champs voisins, pendant l’été, à un moment où les sols souffrent de la sécheresse. A condition bien sûr, que le niveau de l’eau ne soit jamais trop haut ». D’où la nécessité de pouvoir régler facilement la hauteur du trop-plein. La mare retrouverait alors son rôle naturel premier, qui est de recueillir les eaux pluviales excédentaires puis de les redistribuer petit à petit, comme on peut le voir dans la Dombes où les agriculteurs entretiennent soigneusement les nombreux étangs.

Une mare en eau toute l’année aurait aussi un grand intérêt écologique, elle contribuerait au maintien de la biodiversité floristique et faunistique locales. Les plantes aquatiques ne seraient plus en souffrance pendant l’été. Les petits animaux qui vivent en milieu humide pourraient s’y développer durablement. Outre l’eau pour s’abreuver, le petit gibier y trouverait un gîte sûr et protégé, notamment sous le roncier situé en bordure. Parmi toutes ces espèces végétales et animales, certaines sont malheureusement en voie de disparition partout en France. C’est pourquoi elles bénéficient d’un statut de protection réglementaire. C’est le cas par exemple des salamandres, des tritons et des crapauds, protégés par la loi de 1976 relative à la protection de la nature.

Comme on le voit, cette mare –tant du point de vue agricole qu’écologique- mérite toute notre attention. Bien que propriété privée, elle fait partie du patrimoine naturel de la commune de Châteauneuf.

Jean-Paul Charpin

Plus dans cette catégorie : Sentiers »

CONTACTER LA MAIRIE

  • Téléphone Sécrétariat : +33 (0)4 79 28 84 16
  • Horaires d’ouverture du secrétariat :
  • Le Lundi : de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
  • Le Mardi : de 16h00 à 19h00
  • Le Jeudi : de 14h00 à 17h00
  • Le Vendredi : de 14h00 à 18h00

NOUS ÉCRIRE